TĂ©moignage : une femme Russe parle de la vie en France

Une femme Russe parle de la vie en France

"Les hommes français ici aiment se plaindre"


Une femme russe, qui vit en France depuis 6 ans, raconte comment elle a décidé de prendre une hypothÚque pendant 25 ans, que les jardins d'enfants parisiens ne lui plaisent pas, pourquoi les Françaises modernes ont perdu leur charme et quelle est la véritable amitié franco-russe.

Pour Ă©pouser un Ă©tranger et aller dans un autre pays Tatyana L. (le nom a Ă©tĂ© changĂ© Ă  la demande de l'hĂ©roĂŻne) n'a jamais rĂȘvĂ©. Elle a construit une petite entreprise Ă  partir de zĂ©ro dans la capitale russe, elle a achetĂ© une voiture et, peut-ĂȘtre, elle continuerait Ă  tout faire elle-mĂȘme, si un Français ne s'Ă©tait pas trouvĂ© sur son chemin. Le jeune homme a conquis la femme d'affaires avec une connaissance irrĂ©prochable du russe et des SMS, qu'il lui a Ă©crit sans erreur (une qualitĂ© rare Ă  notre Ă©poque). Quand son contrat en Russie touchait Ă  sa fin, il offrit Ă  sa bien-aimĂ©e Tanya un coup de main, un cƓur et un nouveau lieu de rĂ©sidence. Elle accepta, plia l'affaire et dĂ©mĂ©nagea dans la banlieue de Paris, ne connaissant du français que quelques phrases. Six ans ont passĂ© : elle n'a pas Ă  parler de la carriĂšre qu'elle a eue Ă  Moscou, mais du cĂŽtĂ© français, la fille a non seulement trouvĂ© le bonheur fĂ©minin tant attendu, mais elle a aussi trouvĂ© autre chose.

A propos de la bureaucratie Française

Quand je suis arrivĂ©e en France, j'avais besoin de rĂ©diger divers documents. Et ceci, je dois vous le dire, est une Ă©popĂ©e entiĂšre ! Ici, il est nĂ©cessaire de recueillir des documents en toute occasion. Je me souviens, je me suis assise dans la file d'attente pendant quatre heures, mĂȘme si c'Ă©tait Ă©lectronique. Mais ce n'est pas la pire chose. Par exemple, une fois que je suis venue avec mon mari pour dĂ©poser des documents, sa prĂ©sence Ă©tait une condition indispensable. J’avais rĂ©uni tous les papiers nĂ©cessaires que j'ai rassemblĂ©s, en suivant strictement les recommandations sur le site. Mon conjoint a dĂ» quitter son travail, pendant lequel il n’était pas payĂ©. Nous avons attendu une longue file d'attente et, par consĂ©quent, nous avons appris qu'il y a une ou deux semaines, toutes les conditions avaient changĂ© et qu'il nous manquait une sorte de papier. Le temps a Ă©tĂ© perdu en pure perte, j'ai dĂ» refaire toute la procĂ©dure. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de bureaucratie en Russie, mais je l'ai ressentie en France Ă  un autre niveau.

A propos de la femme Française

Si la gĂ©nĂ©ration des femmes françaises semble Ă©lĂ©gante, alors la jeunesse a pour la plupart perdu son style et son charme d'antan. Une Française moderne n'aime pas trop prendre soin d'elle-mĂȘme, elle prĂ©fĂšre le maquillage minimum ou des coiffures simples, et dans tout le reste elle prĂ©fĂšre la simplicitĂ©.

Bien sĂ»r, la femme russe a l'air beaucoup mieux physiquement sur le fond. Mais il y a une explication parfaitement logique : une jeune Française travaille beaucoup. IndĂ©pendamment de la famille, dans laquelle la fille est nĂ©e, elle veut toujours ĂȘtre indĂ©pendante. Il n'est pas d'usage de vivre au dĂ©pend des parents, alors la jeune gĂ©nĂ©ration dĂ©pense de l'argent pour Ă©tudier et acheter des livres, mais pas pour acheter des habits et aller voir des esthĂ©ticiennes. La fille n'a pas honte d'aller travailler en tant que serveuse, elle est fiĂšre de gagner de l'argent elle-mĂȘme et d'investir dans sa propre Ă©ducation. Alors que la femme russe investit une grande quantitĂ© d'argent, de temps et d'effort prĂ©cisĂ©ment pour son apparence.

A propos du féminisme

Dans l'environnement de mon mari, il y a beaucoup d'amis français, qui Ă©taient, comme lui, des expatriĂ©s. Presque tous ont Ă©pousĂ© une femme Russe. Ils ont une trĂšs bonne opinion sur les femmes russes : elles s’occupent de la maison, belles, bien soignĂ©es, douces, aimantes, prĂ©parent de la soupe borsh et nous calmons les hommes (les hommes Français aiment se plaindre) au bon moment. Les Françaises, dans la grande majoritĂ©, sont des fĂ©ministes. Elles aiment tout faire elles-mĂȘmes : gagner de l’argent, elles payent la moitiĂ© de leurs voyages, elles payent la moitiĂ© de leur dĂźner au restaurant ; Ce n'est pas mal, mais la lutte pour les droits des femmes a fait que les hommes ont oubliĂ© non seulement la chevalerie, mais aussi le respect Ă©lĂ©mentaire. Par exemple, quand j'Ă©tais enceinte, personne ne me cĂ©dait sa place dans les transports publics. Ici, en principe, cela n'est pas pratiquĂ©. MĂȘme avec votre ventre, vous resterez debout jusqu'Ă  ce que vous souriiez ou jetiez un certain regard sur l'homme. Mais ce ne sont pas les Hommes Français qui sont Ă  blĂąmer pour cela, mais les femmes françaises, qui ont admis une telle situation. Exemple : si une femme ĂągĂ©e entre dans le mĂ©tro et que le jeune homme se lĂšve, elle peut lui crier : "Tu me trouves vielle ?". Vous comprenez donc que peu d’hommes sont maintenant intĂ©ressĂ©s Ă  cĂ©der la place Ă  une femme.

À propos du travail en France

À Moscou, j'Ă©tais une Ă©ternelle Ă©tudiante (j'adore apprendre), j'avais un travail formidable et mĂȘme une petite entreprise. Naturellement, en France, il fallait tout recommencer Ă  zĂ©ro. La situation a Ă©tĂ© encore compliquĂ©e par le fait que je suis une femme de profession crĂ©ative. Les chances de succĂšs dans l'Ă©migration sont minimes - pas plus de 1% sur 100 ! Je vis ici depuis 6 ans et, malgrĂ© l'Ă©norme croissance, je n'ai toujours pas rĂ©ussi Ă  atteindre le niveau de revenu et de reconnaissance qui Ă©tait le mien en Russie.

Si nous parlons des professions les plus courantes - avocats, mĂ©decins - avec elles c’est un peu plus facile. La seule condition importante pour construire une carriĂšre en France est de faire valider votre diplĂŽme. DĂšs que vous avez un nouveau diplĂŽme, adjoignez-lui de nouvelles forces, et en avant !

En gĂ©nĂ©ral, beaucoup dĂ©pend de la nature et du caractĂšre de la personne. Une personne qui est infantile, qui aime que quelqu'un d'autre prenne des dĂ©cisions pour lui, a peu de chance de se rĂ©aliser, et pas seulement dans un pays Ă©tranger, mais mĂȘme dans son propre pays. J'ai des amis qui parlent trois langues Ă©trangĂšres, avec une excellente Ă©ducation, mais avec leurs diplĂŽmes de Moscou, il leur est trĂšs difficile de trouver du travail ici. Et il ne s'agit pas seulement de diplĂŽmes ou de connaissance de la langue, mais de la personne.

À propos de l'hypothùque

Je n'ai jamais compris comment les gens en Russie prennent une hypothĂšque pour le logement Ă  13% d’intĂ©rĂȘt par an. Quand je vivais Ă  Moscou, j'ai un jour contractĂ© un prĂȘt pour l'achat d'une voiture, que j’ai remboursĂ© prĂ©maturĂ©ment, mais pour l'appartement – je n’ai pas osĂ©. En France, le taux est d'environ 4% (maintenant l'intĂ©rĂȘt est encore plus bas), il est donc plus facile de prendre une hypothĂšque pendant 25 ans que de louer une maison et de donner de l'argent Ă  quelqu'un d'autre.

Mon mari et moi avons achetĂ© un bel appartement Ă  crĂ©dit. Mais quand ils ont signĂ© un contrat et j'ai vu que je rembourserais complĂštement le crĂ©dit Ă  la banque, quand j’aurai atteint l’ñge de 60 ans j'ai pleurĂ©. Bien sĂ»r, j'ai compris que nous allons essayer de rembourser la dette plus tĂŽt que prĂ©vu, mais Ă  ce moment-lĂ , je me suis sentie trĂšs mal Ă  l'aise. Comment peut-on prendre une hypothĂšque Ă  13%, je ne me le reprĂ©sente pas.

À propos des taxes, impîts et du mariage en France

Il est avantageux de se marier et de donner naissance Ă  des enfants, car cela contribue grandement Ă  rĂ©duire les impĂŽts. Mais n'oublions pas que les Français sont trĂšs Ă©pris de libertĂ©. Une femme doit faire presque un exploit pour amener un homme au bureau d'enregistrement, donc tous les couples n'enregistrent pas leur relation. Mais si un Français s'est mariĂ©, il aime follement sa famille. Dans le parc, vous pouvez voir un grand nombre de papas, marchant avec des enfants. En Russie, c’est trĂšs rare de voir un pĂšre s’occuper des enfants, presque toute l’éducation repose sur les Ă©paules des femmes russes. Les femmes françaises savent dĂ©lĂ©guer des devoirs Ă  leur mari.

A propos des SpĂ©cificitĂ©s d’usage en France

En France, il n'est pas d'usage de prononcer des discours bruyants ou des toasts. Peut-ĂȘtre qu'au mariage, vous entendrez quelques mots chaleureux adressĂ©s aux nouveaux mariĂ©s, mais rien de plus. Si le Français vous fĂ©licite pour son anniversaire sur SMS, il sera trĂšs concis : "Joyeux anniversaire!". Et pendant les vacances, personne ne vous souhaitera l'amour, le bonheur, la santĂ©, etc. Tous les invitĂ©s vont boire, s'amuser, manger et se disperser. Les Français qui sont dans mon environnement, j'essaie de me former dans ce sens, et ils me rĂ©pondent volontiers.

A propos des enfants et de la conservation de la langue russe et de ses racines slaves

Je parle russe Ă  la maison avec mes enfants. Quelque part dans le parc, dans n'importe quel autre lieu public, nous utilisons le français. Je suis moi-mĂȘme une enseignante et je suis activement impliquĂ©e dans l'Ă©ducation de mes filles, mais je peux dire avec certitude qu'une mĂšre ne suffit pas. Oui, nous lisons, Ă©crivons, Ă©coutons des contes de fĂ©es en russe, faisons de la musique, etc., mais Ă  l'avenir, quand les finances le permettront, je veux toujours envoyer mes enfants dans une Ă©cole russe. Le fait est que peu importe l'effort que je fais, l'environnement francophone les absorbe.

Malheureusement, il y a d'autres exemples oĂč les gens dĂ©mĂ©nagent en France et se sentent gĂȘnĂ©s de parler leur langue maternelle, ils essaient de s'en sortir avec un nouvel environnement. Naturellement, leurs enfants ne parlent pas le russe. Au mieux, ils comprennent, mais ne peuvent pas rĂ©pondre. À mon avis, c'est triste.

J'aimerais beaucoup que mes petits-enfants parlent le russe. Je ne sais pas si cela arrivera, mais mes enfants en auront certainement un grand et puissant. A propos, ma fille cadette a déjà appris aux enfants français du parc à dire "bonjour" et "au revoir" en russe. Et ils sont heureux d'y répondre.

À propos des jardins d'enfants

Je peux dire avec certitude que les enfants russes sont Ă©levĂ©s dans des jardins d'enfants beaucoup plus confortables que les enfants français. Nous avons une salle de rĂ©union, un gymnase pour l'Ă©ducation physique, une zone oĂč les enfants marchent, des lits sĂ©parĂ©s pour le sommeil de jour, etc.

A Paris, vous ne verrez rien de tel. Ici, les jardins d'enfants n’occupent seulement qu'une partie d'un certain bĂątiment, il n’y a pas de territoire dĂ©diĂ© pour celui-ci, bien sĂ»r, non. Mais j'ai Ă©tĂ© particuliĂšrement frappĂ© par le fait que les enfants dorment sur des matelas nus, plus comme des tapis de sport. C'est pourquoi je crois que les jardins d'enfants russes dĂ©passent de loin les jardins d'enfants français. Heureusement, dans les rĂ©gions ou les « banlieues », les choses vont beaucoup mieux.

À propos des coĂ»ts et des dĂ©penses

Bien sĂ»r, la vie ici n'est pas bon marchĂ©. Par exemple, notre famille de quatre personnes dĂ©pense chaque mois environ 1 000 euros pour la nourriture et divers articles mĂ©nagers. Le paiement des hypothĂšques et des loyers coĂ»te encore 1 500 euros. Un dĂ©tail intĂ©ressant - si la maison dispose d'une tĂ©lĂ©vision (nous n'en avons pas, ce dont nous sommes trĂšs heureux), elle tombe sous une certaine taxe - environ 130 euros par an. À tout moment, un spĂ©cialiste de l’État français peut venir chez vous pour s'assurer que vous ne trompez pas l'Ă©tat pour 130 euros. Tout est clair. En ce sens, la France me plait et j'aime vraiment la claretĂ©. Si en Russie il y a une phrase anecdotique : «les lois et les rĂšgles existent pour les violer», ici il est impossible de violer les rĂšgles existantes, mĂȘme si vous avez des liens, oncles, papas et autres joies «je peux tout faire».

A propos du licenciement au travail en France

C'est incroyablement difficile de renvoyer une personne en France, mĂȘme si cela va trĂšs mal avec un employĂ©. En Russie, la situation est diffĂ©rente : si vous avez un contrat avec un employĂ©, vous pouvez dire au revoir pour une raison peu claire Ă  tout moment. Plus rĂ©cemment, une histoire similaire est arrivĂ©e Ă  mon amie Ă  Moscou. Elle n'a pas cherchĂ© un avocat et a comparu devant le tribunal, mais a simplement essayĂ© d'oublier cette histoire. Ici, les gens ont l'habitude de dĂ©fendre leurs droits. Mais les employeurs eux-mĂȘmes se comportent beaucoup plus honnĂȘtement, personne ne veut entamer un procĂšs et payer d'Ă©normes amendes.

À propos de la culture de la conduite automobile

RĂ©cemment, nous avons visitĂ© Moscou avec toute la famille, et une situation dĂ©sagrĂ©able nous est arrivĂ©e. Il pleuvait dehors, il y avait des flaques partout. Nous avons quittĂ© le cafĂ©, une voiture est passĂ©e devant nous Ă  une vitesse Ă©norme, qui a Ă©claboussĂ© mon mari et les enfants de sorte que nous devions aller Ă  l'hĂŽtel et sĂ©cher nos vĂȘtements extĂ©rieurs. Pour une raison quelconque en Russie les gens qui conduisent se considĂšrent comme des dieux, et souvent ne font pas attention aux piĂ©tons, roulent Ă  des vitesses Ă©normes (oĂč seulement 60 km sont autorisĂ©s), la culture de la conduite prudente est trĂšs faible. En France, les choses vont beaucoup mieux. La vitesse autorisĂ©e dans les limites de la ville est de 50 km/h, cette rĂšgle s'applique Ă  tout le monde et Ă  tous. Ils attachent Ă©galement la ceinture ici - dans une jeep, dans un mini-van, la ceinture de sĂ©curitĂ© avec un mouvement rĂ©flexe de la main va oĂč il faut aller. RĂšgles, respect, respect des rĂšgles. Peut-ĂȘtre, le fait est qu'il est plus difficile d'obtenir son permis de conduire ici, et en plus ils ne peuvent pas ĂȘtre achetĂ©s. Et vous ne voyez gĂ©nĂ©ralement pas de voitures trĂšs chĂšres. Si vous voyez une jeep dans la rue Ă  Paris, il est probable que c’est un Russe qui est assis derriĂšre le volant. Les Français prĂ©fĂšrent les petites voitures.

À propos de l'arriùre-pays de France

J'ai beaucoup voyagĂ© en Russie, mes parents vivent dans diffĂ©rentes parties du pays, donc je peux dire avec certitude que la plupart de nos villes sont dans un Ă©tat dĂ©plorable. En France, mĂȘme si vous voyagez dans un endroit trĂšs reculĂ©, tout reste civilisĂ©, la campagne est belle et esthĂ©tique, et tout fonctionne. Parfois, vous pouvez trouver les cĂ©lĂšbres restaurants Michelin, par exemple, avec une Ă©toile. Chez nous, c'est impossible. MĂȘme Ă  Moscou dans le centre, tout peut ĂȘtre encore bien, mais dĂšs que vous sortez dans la banlieue de Moscou, vous verrez une image absolument opposĂ©e.

A propos de l'attitude envers le russe

Je suis arrivĂ© Ă  la conclusion qu'il y a des Français qui n'aiment pas les Russes, mais qui n'aiment gĂ©nĂ©ralement pas les Ă©trangers. Mais en mĂȘme temps, il y a aussi ceux qui aiment Ă  la fois la mondialisation et la prĂ©sence du multilinguisme, le multiculturalisme.

Personnellement, je ne voulais pas perdre mon individualitĂ© et j’ai toujours dĂ©clarĂ© fiĂšrement partout : "Oui, je suis russe." En mĂȘme temps, je n'ai jamais vu un regard fĂąchĂ© ou une attitude prĂ©jugĂ©e envers moi-mĂȘme. Je pense qu'il est trĂšs important de ne pas imposer ses propres rĂšgles du jeu dans un pays Ă©tranger, et de s'intĂ©grer dans les conditions existantes, et en mĂȘme temps de prĂ©server quelque chose de sa propre culture. Si cet Ă©quilibre est trouvĂ©, tout va tourner dans le meilleur des mondes.

Ne pensez pas qu'Ă  cause de sanctions ou pour une autre raison, les Français vont mal traiter les Russes. En aucun cas. Oui, vous pouvez faire face Ă  la grossiĂšretĂ© ou Ă  l'impolitesse, comme dans n'importe quel autre pays, simplement parce que, sur votre chemin vous croisez une personne en particulier qui manque d’éducation. Une fois, quand je venais de dĂ©mĂ©nager et je ne connaissais vraiment pas vraiment la langue française, il m’est arrivĂ© cette histoire - j'ai achetĂ© une robe, et je devais la raccourcir de toute urgence. J'ai trouvĂ© un atelier de couture oĂč un Français ĂągĂ© non seulement m'a volĂ© pour ses services un Ă©norme argent pour ces temps - 70 euros, et il s'est en plus comportĂ© trĂšs grossiĂšrement. Il m'a littĂ©ralement fait monter les larmes aux yeux. Mais ce n'est qu'une personne concrĂšte et une combinaison de circonstances, rien de plus.

Je suis sĂ»re que l'amitiĂ© russo-française circule de gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration, elle ne peut pas ĂȘtre brisĂ©e. Et le fait qu'ils essaient, parfois, de briser les gens par le haut (les sanctions, autre comportement politiques), nous - les gens du peuple, nous allons dĂ©fendre la paix et la tranquillitĂ© et faire le bien. Faisons dĂ©couvrir au peuple français ... nos auteurs contemporains russes, essayons de crĂ©er une association en faveur de l’amitiĂ© russo-française; nous les traitons avec des cĂŽtelettes russes, des «manteaux de fourrure» et des mimosas; et nous allons chanter avec eux des chansons russes et nous vicrons juste lĂ , oĂč pour une raison quelconque, on nous a offert de vivre le destin.