Polygamie et désir au Kazakhstan : Russie-France Mariage

Polygamie et désir au Kazakhstan


Date Publication : 2021-06-14

Polygamie et désir au Kazakhstan


Dans certaines régions du Kazakhstan, les femmes sont opprimées, les mariages arrangés et la polygamie ruinent leur vie. Mais le dur quotidien produit aussi des combattantes déterminées : 13 courts portraits en images.

Ainur Jespenowa a √©tudi√© la psychologie et est pr√©sentatrice √† la cha√ģne "Hit TV". Cette jeune femme de 30 ans est ambitieuse et engag√©e, elle montre aux jeunes filles du Kazakhstan qu'une femme peut √™tre ind√©pendante - et r√©ussir justement gr√Ęce √† cela.

Elle se tient dans une rangée avec le milliardaire Karlygash Malkenova, 48 ans, qui a défié la tradition, divorcé, s'est remarié et a ensuite construit tout un empire commercial par ses propres moyens.

Deux femmes impressionnantes, comme Dzhanskaya Abdumalik, 15 ans, un génie des échecs, rationnel, analytique, travailleur, pour qui aucun défi n'est trop grand. "J'aime regarder mon adversaire dans les yeux", dit Abdumalik. "Ça me permet de mieux le comprendre."

Le prix que les trois femmes kazakhes paient pour leur succ√®s est √©lev√©. Le grand ma√ģtre d'√©checs est entra√ģn√© par son p√®re, "c'est une ic√īne nationale qui a √©t√© transform√©e en mythe et qui doit maintenant fonctionner", explique le photographe Karl Mancini, qui a r√©alis√© le portrait de la jeune fille de 15 ans. Malkenova, milliardaire, a souffert de la faim dans son enfance au village et s'est battue pour gravir les √©chelons contre vents et mar√©es. Ce n'est que lorsqu'elle s'est d√©barrass√©e de son premier mari que le succ√®s s'est install√©. La belle Ainur aussi a d√Ľ rompre son mariage pour pouvoir travailler.


Les femmes au Kazakhstan : nostalgie et répression



Ce sont des exceptions dans un pays majoritairement musulman o√Ļ il est socialement accept√© que les femmes soient mari√©es √† des √©trangers √† un jeune √Ęge, qu'elles cessent de travailler, qu'elles aient des enfants et qu'elles supportent l'apparition d'une deuxi√®me ou troisi√®me √©pouse. "Terpi !", "Tiens bon !", murmurent les grands-m√®res √† l'oreille de toutes celles qui n'ont aucun d√©sir de polygamie, sont battues ou humili√©es par leur mari, ou ne veulent tout simplement pas √™tre mari√©es du tout, depuis des g√©n√©rations.

"Après le mariage, la femme est une personne différente", résume le photographe Mancini. "Sa vie est terminée dès qu'elle a des enfants."

"Avant, tout le monde se taisait sur la violence domestique", se souvient Gulnar Bekenova, de l'Association des femmes du Kazakhstan. Les droits des femmes et les droits de l'homme ne sont devenus un problème que depuis l'indépendance en 1991, dit-elle. "Aujourd'hui, au moins, le problème est reconnu". Mais pas résolu. Il y a également beaucoup de travail à faire en matière d'éducation sexuelle, selon Mme Bekenova. "Les femmes tombent enceintes et avortent en secret, et cela continue d'être un tabou".

"La religion et la moralité sont utilisées comme une excuse par beaucoup d'hommes"

La polygamie a été pratiquée pendant des siècles dans la culture nomade du Kazakhstan. Bien que les bolcheviks aient interdit la polygamie en 1921, et qu'elle ne soit toujours pas autorisée par la loi aujourd'hui, elle ne constitue pas non plus une infraction pénale depuis 1988. Et tout imam peut célébrer des mariages dans la mosquée sans document civil.

Selon les sondages, environ 40 % des hommes kazakhs sont favorables à la légalisation de la polygamie. Près de trois quarts des femmes s'y opposent. En mai 2008, un groupe de députés à majorité musulmane avait introduit un projet de loi en ce sens au Parlement. La raison invoquée est que, selon la loi islamique, chaque homme a le droit d'avoir jusqu'à quatre épouses. Certes, l'initiative a été rejetée. Mais la polygamie est toujours une réalité, surtout dans les zones rurales du sud du pays.

Souvent, la décision d'avoir une deuxième ou une troisième épouse est moins motivée par la religion que par une question de statut : ceux qui ont beaucoup d'argent le montrent en "prenant" plusieurs épouses. Ils sont généralement issus de milieux pauvres et sont poussés par leurs parents à accepter par nécessité financière. "La religion et la moralité ne sont utilisées que comme prétexte par de nombreux hommes", déclare Gulzi Nabi de la Fondation Friedrich Ebert à Astana. "En gros, les hommes veulent maintenir le statu quo parce que ça les arrange." 

Machisme kazakh

Un machisme pur et simple se dégage de nombreux discours de défense de la polygamie. En février 2011, le candidat à la présidence Amantay Asilbek a déploré que le nombre croissant de femmes célibataires au Kazakhstan soit "une tragédie nationale car nous perdons des mères potentielles". La solution au problème ? La polygamie, quoi d'autre.

Les hommes kazakhs restent de toute fa√ßon virils jusqu'√† un √Ęge avanc√©, c'est gr√Ęce au bon air, assurait le populiste de l'√©poque. "Les jeunes filles viennent souvent chez moi et r√™vent de devenir ma femme", s'est vant√© le septuag√©naire dans une interview accord√©e au journal "Adam". Mais aucune n'avait encore r√©ussi √† atteindre les "normes de qualit√©" de sa premi√®re femme.

Asilbek a donc d√Ľ se passer de concubine, et de toute fa√ßon de la pr√©sidence, car, sans surprise, l'√©ternel dirigeant Nursultan Nazarbayev a lui aussi remport√© les √©lections de 2011 - avec officiellement 95,5 % des voix.

Le d√©bat sur l'√©galit√© de traitement des femmes au Kazakhstan dure depuis √† peu pr√®s aussi longtemps que le mandat de M. Nazarbayev. Depuis l'ind√©pendance en 1991, des plans d'action visant √† mettre en Ňďuvre l'√©galit√© des sexes ont √©t√© √©labor√©s de temps √† autre, et le gouvernement a sign√© des accords internationaux √† cet effet. Mais beaucoup est rest√© une d√©claration d'intention. En ce qui concerne l'indice d'in√©galit√© entre les sexes, le Kazakhstan se classe 56e sur 188 - l'Allemagne a r√©ussi √† se hisser √† la sixi√®me place malgr√© ses salaires injustes.

"Idée perverse de la relation"

Selon la loi, toute discrimination fond√©e sur le sexe, l'√Ęge, l'orientation sexuelle ou l'origine ethnique est ill√©gale au Kazakhstan. Dans la pratique, beaucoup de choses sont diff√©rentes. Les mariages polygames sont en augmentation, et le taux de f√©condit√© est pass√© de 1,8 √† 2,73 au cours des 15 derni√®res ann√©es.

Il existe en fait des femmes qui sont tout à fait satisfaites de leur statut de "tokal", ou seconde épouse. Elles bénéficient généralement de leur propre appartement, d'une voiture et d'un entretien mensuel - une affaire lucrative à première vue. Toutefois, si la relation est rompue ou si le mari décède, sa propre pension alimentaire et celle de ses enfants communs ne sont pas garanties.

Mais les "Baibische", les premi√®res √©pouses, ne sont souvent pas mieux loties. Apr√®s que le gouvernement a d√©plac√© la capitale d'Almaty √† Astana en 1997, de nombreux travailleurs ont suivi l'exemple du gouvernement et ont laiss√© leur famille derri√®re eux. Beaucoup cherchaient de nouvelles √©pouses ou ma√ģtresses. Les premi√®res √©pouses devaient voir comment elles s'entendaient. Souvent sans argent ni emploi, car beaucoup d'√©pouses n'avaient pas d'√©ducation.

Si la polygamie est tolérée chez les hommes, les femmes qui se marient une seconde fois sont stigmatisées. Gulnar Bekenova, militante des droits des femmes, sait qu'elle a beaucoup de travail à faire. "On a affaire à une idée assez perverse de la relation."